Deo Gratias

Pour connaître et aimer

Archive pour la catégorie 'Jésus-Christ'

LE CHRIST EST DIEU :L’HISTOIRE LE PROUVE (2)

Posté : 5 janvier, 2009 @ 4:16 dans Jésus-Christ | Pas de commentaires »

MES FRÈRES,

Les sublimes paroles qui viennent d’être lues dans l’évangile du dimanche de la Très Sainte Trinité sont les paroles d’adieu du Christ se préparant à quitter le monde.  » Allez, enseignez toutes les nations « , tel est le dernier commandement de Notre Seigneur e il retentit comme un écho des paroles avec lesquelles l’Enfant- jésus avait été salué par le vieillard Siméon lors de sa présentation au Temple.

Dans les paroles d’adieu du Christ se manifeste encore la grande pensée exprimée par Siméon au sujet de l’Enfant-Jésus à son entrée dans le monde : le sort de l’individu et de la société, l’avenir des nations et de toute l’humanité sont étroitement unis avec le Christ. Vous souvenez-vous de la scène émouvante du vieillard Siméon ?

Un petit enfant est amené au Temple de Jérusalem, pour être présenté à Dieu conformément à la Loi mosaïque. Extérieurement il n’y a rien d’extraordinaire en cet enfant. Une pauvre femme le porte dans ses bras, un charpentier l’accompagne et tient la place de son père, voilà tout le cortège. Deux colombes, juste ce qui est nécessaire pour l’offrande. Les riches offrent un agneau, mais cela dépasse leurs moyens. Mes frères, si vous vous étiez trouvés dans le Temple, auriez-vous cru que ce petit enfant inconnu soulèverait un jour le monde? N’auriez-vous pas souri de ce vieillard qui attendait depuis longtemps le Messie et maintenant, illuminé par l’Esprit-Saint, contemplait dans son âme toute la vie de l’enfant, ses miracles, ses paroles, sa mort, son culte et dans son ravissement s’écriait :  » Cet enfant est au monde pour la chute et la résurrection d’un grand nombre en Israël, et pour être un signe en butte à la contradiction » (S. Luc II, 34)

Quelle scène incompréhensible!

Voilà un vieillard vénérable avec dans les bras un petit enfant inconnu; devant lui les parents et ils écoutent d’un cœur anxieux ses paroles:  » ce petit enfant et deviendrait un jour un homme gigantesque que le monde bénirait et maudirait éternellement. De ses petits yeux jaillirait un éclair qui attirerait les hommes ou les ferait fuir. Ce petit enfant inconnu formerait le sujet le plus actuel de l’histoire du monde envers lequel il faudrait que tout homme pet position soit pour soit contre « .

Auriez-vous cru cela de ce pauvre petit enfant ? Et tout cela s’est réalisé.

Qu’est-ce qui s’est réalisé ? Ceci, que ce petit enfant muet, enveloppé de langes, a réellement partagé en deux camps l’humanité. Qu’il est devenu pour les individus, les peuples et les royaumes une occasion de chute ou de résurrection. Que le sort de toute l’humanité dépend dorénavant de Lui.

Ceci s’est réalisé littéralement dans le passé et se réalise maintenant encore, – et c’est ce que je voudrais démontrer dans mon sermon de ce jour. Montrer le visage sublime de Notre Seigneur, comment depuis siècles Il a passé victorieusement devant les rois, les peuples et les individus. Montrer cette double vérité : I. Celui qui s’oppose au Christ périt et II. celui qui combat sous ses drapeaux est vainqueur.

(more…)

LE CHRIST EST DIEU :L’HISTOIRE LE PROUVE (1)

Posté : 2 janvier, 2009 @ 4:15 dans Jésus-Christ | Pas de commentaires »

MES FRÈRES,

C’est aujourd’hui la Pentecôte et la fête de la Pentecôte est la fête du départ triomphal de l’idée chrétien ne. Aujourd’hui est sortie des lèvres apostoliques la première prédication, et depuis, la prédication chienne n’a plus jamais cessé. Aujourd’hui a été donné le premier sermon chrétien, où saint Pierre a pris pour a première fois la parole à Jérusalem devant une grande foule et lui a prêché le Christ,  » à qui Dieu a rendu témoignage pour vous par des prodiges, des miracles et des signes  » (Actes II, 22);  » que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié  » (Actes II, 36).

Après ce sermon de saint Pierre trois mille hommes se convertirent le jour même, – ce fut la première entrée du christianisme dans l’histoire.

Près de deux mille ans ont passé depuis et aujourd’hui l’histoire de ces deux mille ans nous fournit un magnifique témoignage de la véracité du Christ. Il a proclamé nettement qu’Il n’était pas un homme ordinaire, mais un Dieu qui s’est fait homme et c’est ce que prouvent sa vie merveilleuse et sa personnalité, comme nous l’avons vu dans les trois derniers sermons.

Mais maintenant je veux dans trois nouveaux sermons faire parler l’histoire en faveur de Notre Seigneur Jésus-Christ. L’histoire n’a pas de personnage dont la figure ait bravé aussi victorieusement la poussière des siècles, dont la personnalité ait fait jaillir des flots aussi immenses d’énergies spirituelles, auquel après sa mort des milliards, pendant des siècles, aient rendu hommage et contre lequel la méchanceté humaine ait tout essayé dans une incessante révolte et essaye encore vainement.

Que dit l’histoire au sujet du Christ ? Qu’était le Christ ? Ce sera le problème des trois instructions qui vont suivre. Dans le sermon d’aujourd’hui nous ne ferons que le premier pas : I. Que disent du Christ ses contemporains ? II. Que disent les premiers siècles chrétiens?

(more…)

LE CHRIST EST DIEU : SA VIE LE PROUVE

Posté : 29 décembre, 2008 @ 4:14 dans Jésus-Christ | Pas de commentaires »

MES FRÈRES,

En corrélation avec la mort de Notre Seigneur Jésus Christ I’Évangile rapporte un épisode bien émouvant la conversion et la profession de foi du centurion païen. Ce centurion était le chef des soldats chargés de crucifier le Christ.

Cette cohorte se trouvait déjà devant le palais de Pilate, tandis que se déroulait le procès Notre Seigneur ; le centurion avait donc eu l’occasion de d’entendre les réponses de jésus, d’observer à fond son attitude majestueuse, de voir son imposante supériorité d’âme. Ensuite il L’avait accompagné sur le sanglant chemin de la croix, il avait assisté à ses trois heures d’agonie, il avait entendu ses dernières paroles du haut de la croix, il avait vu comment le soleil s’était obscurci au moment de sa Mort, il avait senti comme la terre avait tremblé, – et ce rude romain avait eu assez de courage pour s’écrier avec franchise :  » Cet homme était vraiment le Fils de Dieu  » (S. Mathieu, XXVII, 54).

Le cri du centurion sur le calvaire était le premier  » Credo  » entendu dans le monde. C’est sur les lèvres d’un païen converti, c’est sur les lèvres d’un soldat que s’est fait entendre la première profession de foi. Or il n avait connu que les dernières heures du Christ, mais cela avait suffi pour transformer son âme. Il n’avait entendu que quelques paroles de Notre Seigneur, mais la majesté qui s’en dégageait avait arraché à son âme ce cri de foi.

Mais nous, nous savons beaucoup plus de choses du Christ; nous ne connaissons pas seulement ses dernières heures, mais toute sa vie terrestre. Et celui qui lit l’Évangile et entend les sublimes paroles du Christ, celui qui voit ses miracles, son caractère et sa personnalité, celui qui suit avec les yeux grands ouverts du centurion romain cette machination perfide avec laquelle la méchanceté, depuis déjà vingt siècles, veut à nouveau Le faire disparaître, celui qui veut chasser de lui-même le Christ – et ce résultat n’est jamais atteint – à celui qui observe tout cela, il est impossible de chasser de son âme cette conviction : le Christ était de vraiment le Fils de Dieu.

Je vais essayer maintenant mes frères, dans le peu de temps qui est à ma disposition de vous présenter le caractère et la sublime personnalité de Notre Seigneur Jésus-Christ. Ce n’est pas une tâche facile, c’est pour ainsi dire une entreprise irréalisable que de tracer en quelques minutes le caractère du Christ. Mais je crois aussi que, si l’observation des dernières heures de Jésus a suffi pour convaincre le centurion païen de la divinité du Christ, je contribuerai largement à approfondir notre foi, si je fais ressortir quelques idées du trésor inépuisable de la majesté et du noble caractère que nous a révélés la personnalité de Notre Seigneur Jésus-Christ.

(more…)

LE CHRIST EST DIEU :SES OEUVRES LE PROUVENT

Posté : 26 décembre, 2008 @ 4:13 dans Jésus-Christ | Pas de commentaires »

MES FRÈRES,

On représente Notre Seigneur Jésus-Christ sous bien des aspects et l’un des plus évocateurs est celui du Petit jésus tenant le globe terrestre dans sa main. Ce contraste extraordinaire entre l’immense globe terrestre et un petit enfant sans force illustre magnifiquement cet article de notre foi :  » Le Christ est le Dieu créateur du monde et son souverain Maître « .

 » Un petit enfant nous est né, un fils nous a été donné, sur ses épaules repose la puissance  » c’est avec ces paroles profondément significatives que commence une des messes de Noël.

D’où vient cet enthousiasme qui nous rend si sainte la nuit de Noël ? C’est que jadis s’est passé quelque chose de grand cette nuit-là, de plus grand que ne serait la création de mondes nouveaux : le Fils du Père éternel a ajouté à sa nature divine une nature humaine, Dieu s’est fait homme.

Dieu s’est fait homme ? C’est incroyable ! s’écrie-t-on quand on entend cela pour la première fois et cette exclamation involontaire est déjà un signe que l’on se trouve en présence de quelque chose d’extraordinaire; en effet, c’est une idée si stupéfiante, si au-dessus de toute imagination humaine qu’il ne serait jamais venu à l’esprit d’un homme de l’inventer.

Mais notre foi au Christ ne repose pas sur cet étonnement. Ce dogme inouï, inimaginable pour l’homme que le Christ est réellement Dieu descendu parmi nous nous est imposé par le raisonnement humain, par la nécessité de conclusions logiques. La vie du Christ est remplie de faits qu’il est impossible d’expliquer par la puissance humaine, il est donc impossible de faire passer sa vie dans le cadre d’une nature purement humaine.

Dans le sermon de dimanche dernier, nous nous sommes occupés des paroles de Notre Seigneur par lesquelles Il s’est affirmé manifestement Dieu; le sermon d’aujourd’hui sera consacré à examiner ses œuvres qui nous apprennent aussi qu’Il est au-dessus de l’humanité. Dans le dernier sermon nous avons constamment rencontré Notre Seigneur affirmant son origine divine, mais cela n’est pas encore suffisant.

En fin de compte, le premier prophète venu aurait pu également se proclamer le Fils de Dieu; n’importe quel juif prétendant au trône, n’importe quel hystérique, n’importe quel visionnaire exalté aurait pu dire la même chose de lui-même. Par contre, ne pas seulement dire : je suis le Fils de Dieu, mais agir comme agit Dieu, c’est ce que n’a pu faire personne, sinon celui qui est réellement Fils de Dieu.

Passons donc aujourd’hui en revue les œuvres merveilleuses de Notre Seigneur Jésus-Christ et si nous voyons qu’Il s’est montré dans ses œuvres souverain Maître de la vie et de la mort, Chef sans limite de la nature vivante et inanimée, nous ne pourrons pas nous soustraire à la conviction, à la conclusion finale : Celui qui a fait toutes ces choses, comme le Christ, ne peut pas être simplement un homme.

(more…)

LE CHRIST EST DIEU : SES PAROLES LE PROUVENT

Posté : 22 décembre, 2008 @ 4:12 dans Jésus-Christ | Pas de commentaires »

MES FRÈRES,

L’apôtre saint Pierre, dans sa seconde épître, attire notre attention sur une chose singulière. Il écrit :  » Croissez dans la grâce et la connaissance de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ». (II°saint Pierre III, 18). C’est comme s’il disait : Il ne suffit pas que vous croyez au Christ. Il ne suffit pas de savoir de Lui telle et telle chose. Mais efforcez-vous de Le connaître toujours davantage, de pénétrer toujours plus à fond dans la contemplation du Christ, car de là découlent le bonheur et le malheur, l’existence et le néant, la vie et la mort.

Je vais suivre ces paroles de saint Pierre, en consacrant six instructions dominicales à cette seule question : Qu’était Jéeus-Christ ? C’est le Seigneur Lui-même qui a répondu le premier à cette question, quand Il a dit à ses disciples :  » Et vous, qui pensez-vous que je suis ? « Nous aussi nous répondons ce que saint Pierre a répondu alors au nom des autres apôtres :  » Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant  » (S. Mathieu XVI, 16). Oui, voilà ce que nous répondons, mais comment le savons- nous ?

Nous croyons et nous affirmons que le Christ est Dieu, – mais pour quelles raisons le croyons-nous ?

Nous le croyons d’abord, parce que c’est Lui qui l’a dit de Lui-même sous bien des formes, – et c’est de cela que je vais parler dans le sermon d’aujourd’hui du propre témoignage du Christ.

Mais nous le croyons aussi parce que ses œuvres le prouvent, comme nous le montrerons dimanche prochain. Nous le croyons encore, parce que cela est mis en lumière par tout le caractère et la personnalité du Christ, ce sera l’objet d’un troisième sermon. Puis dans trois autres instructions qui suivront nous interrogerons l’histoire: ce qu’elle dit de la divinité du Christ. Elle est extraordinaire cette foi que proclame le christianisme : le Christ est Dieu. Elle est extraordinaire, mais n’est pas sans fondement. C’est ce que nous prêchons, c’est ce que nous croyons, parce que nous ne pouvons pas faire autrement avec notre bon sens.

Examinons donc aujourd’hui la première question Qu’est-ce que le Christ a dit de Lui-même ? A-t-Il dit qu’Il est le Fils unique du Père céleste ? A-t-Il dit qu’Il est le Fils de Dieu ?

(more…)

Qu’est-ce que le Christ?

Posté : 16 décembre, 2008 @ 4:08 dans Jésus-Christ | Pas de commentaires »

MES FRÈRES.

Lorsque le navire s’approche du port de Rio de Janeiro, le voyageur aperçoit sur une colline de 45 mètres d’altitude une statue gigantesque. Vous avez tous déjà entendu parler de la statue de la Liberté à New-York… mais il n’y en a pas beaucoup d’entre vous pour avoir connaissance de cette statue du Christ de 45 mètres de haut qui étend ses bras bénissants vers la ville et le port, comme s’Il voulait les serrer tous sur son Cœur aimant.

Cette statue exigea deux années de travail. Maintenant je voudrais dans ce nouveau cycle d’instructions sur Notre Seigneur travailler également pendant deux ans à une autre statue du Christ : modeler avec art la Sainte Face de Notre Seigneur Jésus-Christ dans l’âme de mes chers auditeurs.

Les sermons des deux dimanches précédents servaient d’introduction à la nouvelle série de prédication par laquelle je poursuis l’explication du Symbole. Pendant un an et demi j’ai prêché sur le premier article du Credo.  » je crois en Dieu « ; je voudrais consacrer deux années à l’article suivant :  » je crois en Jésus-Christ « . Et après ces sermons préliminaires nous pouvons considérer la question principale et le point fondamental et le plus important: je crois en Jésus-Christ, mais qu’est-ce que Jésus- Christ ?

Cette nouvelle série de sermons n’est pas moins importante que la première. En effet celui qui croit seulement au premier article du symbole n’est pas encore chrétien. Celui qui se contente de dire :  » je crois en Dieu, le Père Tout-Puissant, le Créateur du ciel et de chrétien. Être chrétien, c’est la terre « , n’est pas encore croire à la divinité du Christ ? Et s’il est d’une importance capitale pour ma vie terrestre et éternelle de croire en Dieu, il ne l’est pas moins de croire aussi que le Christ est Dieu.

En effet si le Christ n’est pas Dieu, ne vous en scandalisez pas – alors le christianisme est une duperie, 1a plus effrontée duperie qui ait jamais induit en erreur L’humanité et alors toute la vie n’est qu’une énigme une douleur, une folie ou bien, selon l’expression de l’impie Voltaire :  » une mauvaise plaisanterie « .

Mais si le Christ est Dieu et si le Credo chrétien est vrai, alors il faut que notre vie, nos idées, nos aspirations et la conception de la vie de toute l’humanité soient radicalement différentes et conformes au Christ. Et si toute l’humanité croyait à la divinité du Christ, jailliraient en son âme des sources si abondantes de joie de vivre, d’ardeur au travail, de paix, de vérité et de charité que tous les problèmes de la société humaine qui saigne par mille blessures seraient résolus d’un seul coup.

Qu’est-ce donc que Jésus- Christ ? Je pose la question et je vais y répondre non seulement aujourd’hui, mais encore dans les six sermons qui vont suivre. La question est d’une telle importance que je ne puis la résoudre en une seconde; je voudrais montrer de toutes les manières, sous toutes les faces, quelles sont les preuves qui nous permettent de dire dans notre Symbole : je crois en Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

Mon sermon d’aujourd’hui n’est qu’un aperçu général sur ce thème et fournira la réponse à ces deux questions : I. Qu’est-ce que les hommes ont pensé du Christ et II. que devons-nous penser du Christ ?

(more…)

COMMENT DEVONS-NOUS REGARDER LE CHRIST?

Posté : 13 décembre, 2008 @ 10:33 dans Jésus-Christ | Pas de commentaires »

MES FRÈRES.

Mon sermon de ce jour n’est encore qu’une introduction à la nouvelle série de sermons que j’ai commencée tout dernièrement relativement à Notre Seigneur Jésus-Christ. Afin de pouvoir me rapprocher davantage de la personne de Notre Seigneur, il me faut tirer au clair une question préalable. Je veux pendant deux ans parler du Christ, mais est-il encore actuel de parler de Lui.

Il y en a qui répondraient avec étonnement à cette question par une nouvelle question: Comment peut-on poser pareille question ? Le Christ est-il encore d’actualité ? Promenez-vous seulement la semaine avant Noël dans la forêt de sapins qui se dresse sur le bord du Danube : pour Noël I930, 400 000 arbres de Noël ont été apportés au marché de Budapest. Interrogez les marchands qui comptent sur la semaine de Noël pour remédier au marasme des affaires de toute l’année Noël est-il d’actualité ? Regardez donc l’agitation des enfants après une attente de plusieurs semaines. Regardez les grands préparatifs dans les familles. Regardez comme le monde entier sort de son ornière en cette seule journée…. Comment peut-on poser une telle question ?

Moi aussi je sais tout Cela, mes frères et cependant je pose la question. Je la pose, parce que je ne puis me contenter de cette dernière phrase :  » Voyez, comme le monde sort de son ornière pendant ces vingt-quatre heures « .

Je sais bien quelle est la force mystérieuse de Noël. Il n’y a pas d’autre fête au monde qui puisse mettre en branle en aussi grande foule les indifférents, ceux qui ont perdu la foi et même ceux qui ne sont pas chrétiens. Mais y a-t-il quelque chose derrière ces sentiments émouvants? Quelque chose qui convienne au sublime mystère de Noël ? Le cadre extérieur de la fête est certainement magnifique, mais le cadre n’écrase-t-il pas l’image, l’essentiel, le contenu important proprement dit ?

I.Tous regardent le Christ, mais sans Le voir ; ils ne Le voient pas, parce qu’ils ne regardent pas avec une âme droite et sage.

II. Avec quels yeux nous devons regarder le Christ, voilà ce que je voudrais apprendre à mon cher auditoire dans le sermon de ce jour.

(more…)

LE CHRIST DE TOUJOURS ET L’HOMME D’AUJOURD’HUI

Posté : 12 décembre, 2008 @ 9:30 dans Jésus-Christ | Pas de commentaires »

Nous entamons aujourd’hui le 3ème livre de Mgr TIHAMER TOTH, après l’introduction « La foi, l’existence de Dieu » et la première partie « Dieu La Providence » :

Le Symbole des Apôtres – deuxième partie. Jésus-Christ le fils de Dieu le Divin Maître, sermons prononcés dans l’église de l’Université de Budapest, par Mgr TIHAMER TOTH. (traduits du hongrois par l’Abbé Marcel GRANCLAUDON). Editions SALVATOR, 1936.

 

Mes Frères,

Un écrivain polonais contemporain d’une réputation européenne (Ossendowski) se plaît à disséquer dans ses récits de voyage l’âme mystique des Orientaux. Dans un de ses livres intitulé :  » L’âme du Sahara « , il trace les impressions qu’il éprouva au cours d’un voyage en Algérie et en Tunisie.

Parmi les nombreux épisodes de l’ouvrage, il s’en rencontre un infiniment triste et accablant.

L’auteur raconte la rencontre en Afrique d’un Français avec une prêtresse païenne qui avait déjà entendu parler de Notre Seigneur Jésus-Christ et même croyait en Lui. Dans sa langue maternelle elle appelait le Christ Aissa.

 » Aissa n’était pas seulement un prophète, mais aussi un Dieu dit la prêtresse païenne à ce Français. Celui qui est seulement un homme ne peut pas s’oublier totalement lui-même par amour des autres hommes. Dieu seul en est capable. Aissa l’a fait, il est donc certain qu’Il est Dieu et un Dieu de bonté « .

A ce moment l’Européen sceptique prend la parole  » N’y a-t-il pas eu aussi d’autres hommes qui ont sacrifié leur vie ou leurs biens pour le bonheur des autres ? « 

 » Mais oui, répond la païenne. Mais ces derniers ont eu dans l’existence des joies et des bonheurs ils avaient un foyer et une famille, ils étaient honorés et considérés…… Aissa était tout seul…… il faut qu’Il soit Dieu. « 

Et la prêtresse païenne demanda au chrétien français de lui parler en détail du Christ.

 » Apprends-moi comment il faut prier Aissa « , implora la païenne.

Et cet Européen chrétien fut obligé d’avouer:

 » Je ne peux pas satisfaire à ta demande, car moi-même je n’en sais rien « .

N’est-ce pas là, mes frères, une chose infiniment triste et désolante ? Une prêtresse païenne supplie de toute son âme un chrétien européen de lui parler du Christ et celui-ci est obligé d’avouer : je ne peux pas t’en parler, car moi-même je ne connais pas le Christ.

Ce fait ne serait pas si affligeant, si cette ignorance n’était qu’un cas exceptionnel. Mais malheureusement on est de jour en jour obligé de constater que vit parmi nous une foule d’hommes qui se comment chrétiens, en latin  » christianus  » c’est-à-dire du Christ, mais ne savent que peu de choses du Christ, ne Le connaissent et ne L’aiment surtout ne vivent que bien peu selon Sa volonté.

Cette nouvelle série de sermons que je commence aujourd’hui et qui sera consacrée à expliquer la partie du Credo relative à Notre Seigneur Jésus-Christ a pour but de mettre fin à cette ignorance.

Sans doute ce n’est pas le but principal que j’ai devant les yeux en me proposant de prêcher sur Notre Seigneur Jésus-Christ pendant deux ans. Car vous, mes frères, qui m’écoutez ici si assidûment et avec une si bienveillante attention, vous, qui vous êtes, pour un certain nombre, imposé une heure ou une demi-heure de tramway pour venir entendre ces prédications, vous n’appartenez pas à ce genre d’hommes à la foi figée, comme ce Français. Vous croyez au Christ et vous aimez le Christ. Et cependant je voudrais que vous aussi vous appreniez beaucoup de choses de ces instructions. Il ne doit pas vous être indifférent d’entendre toujours davantage parler de Notre Seigneur Jésus-Christ. Quel profit spirituel j’attends de ce nouveau cycle de prédication qui aura pour titre  » Jésus-Christ « , c’est-à-dire pourquoi je veux consacrer à ce sujet deux années de prédication ? la réponse à cette question sera fournie par mon sermon d’aujourd’hui qui servira d’introduction à toute la série. N’est-il pas en effet plus facile de suivre avec intérêt quelque chose, dès que l’on sait et que l’on connaît l’utilité et les résultats que l’on peut en attendre.

Quelle importance y a- t-il donc à ce que nous parlions avec tant de détails de Notre Seigneur Jésus-Christ ? C’est pour que nous croyions mieux en Lui et que nous Le suivions mieux. Donc c’est chose importante I pour notre foi II pour notre vie.

(more…)

12
 

la pagina di San Paolo Apos... |
De Heilige Koran ... makkel... |
L'IsLaM pOuR tOuS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | islam01
| edmond-catho-hebdo
| edmond-catho-hebdo