Deo Gratias

Pour connaître et aimer

Archive pour la catégorie 'Instruction religieuse'

Septième et dixième commandements: « Tu ne voleras pas » – « Tu ne désireras pas injustement les biens d’autrui »

Posté : 2 mai, 2009 @ 12:30 dans 10 commandements, Instruction religieuse | Pas de commentaires »

« Tu ne voleras pas » Dt 5, 19. 

« Ni les voleurs, ni les avares, ni tes ivrognes, ni les médisants, ni les ravisseurs du bien d’autrui ne posséderont le Royaume de Dieu. » 1 Co 6, 10. 

« Malheur à celui qui amasse des biens qui ne lui appartiennent pas, et qui ne cesse de s’entourer d’une boue épaisse ! » Hab ; 2, 6.  

« Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas que l’on vous fit à vous-même. » Tob , 4, 16 

 

I Posséder est un droit légitime

II Le vol

IIILa réparation

(more…)

L’Eglise

Posté : 30 avril, 2009 @ 2:51 dans Credo, Instruction religieuse | Pas de commentaires »

 

 Je crois à la sainte Eglise catholique 

Je crois en l’Eglise, Une, Sainte, catholique et apostolique 

 

L’Eglise est la continuation du Christ : Jésus est, en effet, « Dieu avec nous ». 

Jésus, avant de remonter au Ciel, dit à ses disciples : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20). L’action de Jésus se poursuit par celle de ses Apôtres et de leurs successeurs, par celle de son Eglise. C’est dans l’Eglise que nous trouvons le Christ. D’où l’amour que nous devons porter à l’Eglise. 

 

I. L’Eglise en général

II. Les pasteurs de l’Eglise

III. Les marques de l’Eglise fondée par Jésus-Christ

IV. Les membres de l’Eglise

(more…)

Si vous ne devenez pas comme de petits enfants…

Posté : 11 avril, 2009 @ 4:18 dans Instruction religieuse | Pas de commentaires »

La mère et l’enfant se hatent dans l’orage déchaîné.
Sous le ciel noir, déversant des trombes d’eau tiède dans le vent tourbillonnant, ils vont, serrés l’un contre l’autre, sur la route interminablement droite.
Pas un arbre, pas d’abri où se réfugier. Les frêles silhouettes qui se détachent sur l’horizon morne s’unissent pour résister aux forces conjuguées des éléments déchaînés.
Dans le grondement du tonnerre et le bruit du vent la mère perçoit cependant la voix de son petit.
- Maman, pourquoi qu’Il fait pleuvoir comme ça le bon Dieu ?
La réponse toute d’inquiétude veut cependant redonner confiance à l’enfant.
- Je ne sais pas, Paul, mais tu peux Lui demander de l’arrêter !
Alors sans douter une seconde de ce que dit sa maman, dressant sa frimousse ruisselante sur laquelle les cheveux sont plaqués, le petit garçon clame vers le ciel :
- Bon Dieu, fais arrêter l’orage, veux-tu ?
Me croirez-vous ? La pluie cesse lentement, le vent peu à peu s’apaise et, roulant dans le lointain, l’orage diminue.
 » Ah ! Tu vois « , dis le jeune interlocuteur, sans plus s’étonner.
La femme que le fait saisit ne peut parler, mais à l’eau qui dégoutte des cheveux sur le visage viennent se mêler maintenant les douces larmes de la reconnaissance.

Max Camis, Paroles d’enfants, 1928

Jésus nous accompagne après la messe

Posté : 10 avril, 2009 @ 4:11 dans Anecdotes et histoires, Instruction religieuse | Pas de commentaires »

L’empereur germanique Otton avait un jour convoqué un conseil de ses officiers supérieurs et de ses conseillers qui devait avoir lieu aux petites heures dans le palais de Worms.
Le duc de Bohème, un des princes qui devait assister au conseil, avait pour habitude d’entendre la Messe chaque jour et il arriva par conséquent en retard au palais royal.
Ce retard mit l’empereur en furie et, sans attendre le duc, il commença le conseil en donnant l’ordre à tous ceux qui étaient présents de ne pas rendre hommage au duc ni de le saluer lorsqu’il arriverait.
Peu de temps après, le duc pénétra dans la chambre du conseil et à la surprise générale, l’empereur, qui parut d’abord étonné, se leva en hâte et témoigna de grandes marques de respect au duc. Après qu’on eut discuté des importantes affaires du royaume, l’empereur Otton, remarquant la mine surprise des seigneurs et des princes devant son changement d’attitude, expliqua: « Comment, dit-il, vous n’avez pas vu qu’il est entré accompagné de deux anges, un de chaque côté ? Je n’ai pas osé lui manifester mon ressentiment. »

La vocation : XVI MARIAGE OU CÉLIBAT?

Posté : 8 avril, 2009 @ 4:10 dans Instruction religieuse, Vocation | Pas de commentaires »

Nous interroger sur la question fondamentale pour notre existence qu’est le choix entre le mariage et le célibat signifie que nous avons assez de confiance en l’amour de Dieu pour que l’éventualité de l’appel au célibat puisse exister. Sinon la question ne se pose pas, car logiquement la question de savoir si nous ne nous marierons pas ne devrait pas nous venir. Elle ne vient que dans certaines conditions, à moins qu’elle ne soit mise en nous par quelqu’un d’autre, comme cela arrivait autrefois, mais peu probablement aujourd’hui. Rares sont les parents ou les éducateurs qui voient le célibat autrement que comme une mutilation ou une tare. Ils n’au­raient pas tort s’ils en parlaient comme Jésus qui lui aussi affirme avec force qu’il n’existe pas sur la terre de raisons de ne pas se marier, de bonnes raisons, s’entend, de raisons humaines. 

Il le dit d’une manière très crue que les traductions tendent à édulcorer. Une discussion s’était engagée sur le thème : si on en a marre de sa femme, dans quelles conditions peut-on s’en débarrasser? Dans la loi juive, du moment que le mari certifiait par écrit qu’il avait lui-même pris l’initiative de renvoyer sa femme et non qu’elle avait quitté le domicile conju­gal, tout était en règle. Jésus conteste cette loi où il voit la volonté d’éviter des abus plus graves encore, et il assure qu’à l’origine, dans la vision de Dieu, il n’en était pas ainsi. Et Jésus de parler du mariage d’une façon tout à fait révolutionnaire pour ses audi­teurs. Il montre le mariage comme une réalité divine. C’est Dieu qui l’a créé : ceux que Dieu a unis, que l’homme ne les sépare pas! Arrivés à ce point, les apôtres s’exclament : dans ces conditions, il vaut mieux ne pas se marier! 

Selon moi la question se pose en effet. Ce n’est pas une question ridicule. Ils ont pris conscience de la nature véritable du mariage, de l’importance qu’il revêt aux yeux de Dieu, et ils se demandent s’il est vraiment possible. Jésus répond un peu à côté de leur question : Il existe des eunuques, explique-t-il, des gens qui ne peuvent pas se marier. Par nature, ils ne sont pas complets, les organes génitaux leur manquent, ou bien pour des raisons psychologiques ils sont inaptes au mariage. D’autres sont eunuques par l’intervention des hommes – à l’époque ce genre de mutilation existait au sens littéral de castration – on peut aussi penser aux raisons sociologiques qui interdisent un éventuel mariage (mésalliance par exemple). Mais il existe aussi des eunuques en vue du royaume des cieux. 

Et il ajoute : Seuls ceux qui y sont appelés peuvent le comprendre.

(more…)

« Le directeur veut vous parler » ou « le jugement particulier »

Posté : 6 avril, 2009 @ 4:09 dans Anecdotes et histoires, Instruction religieuse | Pas de commentaires »

Le comité d’Hygiène de l’industrie anglaise mentionna ainsi un fait psychologique intéressant à la suite d’une curieuse expérience. L’expérience consistait en ce que les ouvriers et employés du commerce, de l’industrie et de la banque reçurent au milieu de leur travail un message disant aux intéressés : « Le directeur veut vous parler ». Ces quelques mots eurent un effet presque incroyable. Les employés, même ceux qui n’avaient rien sur la conscience, furent saisis d’une grande inquiétude, ils pâlirent, et suivirent d’un pas mal assuré le commissionnaire et le cœur battant bien fort se posaient cette question : Qu’est-ce qui arrive ? Un blâme ? Une punition ? Ou tout simplement le renvoi ? Pourtant, ils n’avaient entendu que ces quelques mots : « Le directeur veut vous parler. » Oui, le directeur qui a peut-être eu vent de quelque négligence ; le directeur de qui dépendent mon sort ultérieur, mon pain, mon avenir… 

Mais si le cœur se met à battre déjà lorsqu’on paraît devant son chef de bureau, comment sera-ce, lorsqu’au jour du jugement les messagers du Seigneur, les anges, proclameront au son de leurs trompettes par-dessus les tombeaux : « Le Seigneur veut vous parler ». Le Seigneur qui non seulement a connu telle ou telle négligence, mais devant qui toute votre vie est un livre ouvert. Le Seigneur qui non seulement va décider à présent de votre situation ultérieure, mais du sort de toute votre vie éternelle. 

Mon péché a trop fait souffrir ma mère ou le mystère de la Rédemption expliqué

Posté : 4 avril, 2009 @ 4:05 dans Anecdotes et histoires, Education et apostolat, Instruction religieuse | Pas de commentaires »

 

 Dans un village des Indes vivait une pauvre veuve. Elle n’avait qu’un fils qui, en grandissant, était tombé sous l’influence de mauvais camarades. II était devenu un buveur et un joueur. Il avait d’abord fait des gains qui l’avaient poussé à jouer des sommes toujours plus importantes. Finalement, il avait perdu tout son argent et comme il ne pouvait plus rembourser ses dettes de jeux, il avait été jeté en prison selon la législation du pays. Il ne devait en sortir que quand ses dettes auraient été payées.
Le malheureux passait d’interminables journées à rêver au jour où il pourrait sortir. Il avait d’abord compté sur ses amis, mais ceux-ci l’avaient abandonné.
Quant à sa mère, elle était trop pauvre et d’ailleurs, depuis des années, il n’avait cessé de lui désobéir et de repousser tous ses conseils,
Mais voici qu ‘un jour, il vit la porte s’ouvrir, et son geôlier lui crier : « Tu peux sortir, tu es libre ! Quelqu’un a payé ta dette ! »
Il se précipita au dehors, prenant le chemin de la maison de sa mère. Où aurait-il pu aller ailleurs ?
En approchant, il l’aperçut debout, près de la porte. Cette vue le bouleversa et il courut se jeter en pleurant dans ses bras,
Comme il était là, serré contre elle, ses yeux tombèrent sur les mains de sa mère, et il s’étonna d’y voir de longues cicatrices,
« Mais maman, que t’est-il arrivé ? Qui t’a fait ces affreuses cicatrices? »
« Mon fils, n’en parlons pas, ce n’est pas la peine.  »
« Si maman, je veux savoir. »
« Eh bien, mon fils, pour payer ta dette, je me suis engagée comme manœuvre dans un chantier. Les pierres ont déchiré mes mains comme tu le vois. Mais maintenant, tout est bien, tu es libre, ne parlons plus de cela. »
« Oh maman, maman! Tu as fait cela pour moi ? pour moi qui t’ai fait tant de peine ! »
A quelques jours de là, les amis du jeune homme apprirent sa libération, le félicitèrent et ils l’invitèrent à retourner avec eux. Mais il leur montra la porte :
« Par mes fautes, j’ai trop fait souffrir ma mère, je ne retournerai jamais avec vous. »
Et il tint parole.
Avons-nous pensé qu’il en est « UN » qui a souffert pour payer la dette de notre péché? Quand le tentateur se présente, le repoussons-nous avec horreur en lui disant : « Je ne te suivrai plus ? Mon péché a trop coûté de souffrance à mon Sauveur! » 

Septième et dixième commandements: »Tu ne voleras pas » « Tu ne désireras pas injustement les biens d’autrui »

Posté : 2 avril, 2009 @ 3:58 dans 10 commandements, Instruction religieuse | Pas de commentaires »

« Tu ne voleras pas » Dt 5, 19. « Ni les voleurs, ni les avares, ni tes ivrognes, ni les médisants, ni les ravisseurs du bien d’autrui ne posséderont le Royaume de Dieu. » 1 Co 6, 10. « Malheur à celui qui amasse des biens qui ne lui appartiennent pas, et qui ne cesse de s’entourer d’une boue épaisse ! » Hab ; 2, 6.   « Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas que l’on vous fit à vous-même. » Tob ;, 4, 16 

I Posséder est un droit légitime

II Le vol

III La réparation

(more…)

La médisance

Posté : 25 mars, 2009 @ 4:04 dans Education et apostolat, Instruction religieuse | Pas de commentaires »

C’est faire connaître un défaut ou une faute du prochain d’une manière capable de nuire, plus ou moins, à sa réputation.

 I Les différents types de médisance
II La gravité de la médisance


III Les causes et les suites de la médisance

(more…)

Sixième et neuvième commandements :« Tu ne feras pas d’impureté »« Tu n’auras pas de désir impur volontaire »

Posté : 22 mars, 2009 @ 3:53 dans 10 commandements, Pureté | Pas de commentaires »

 

La pureté n’est pas à la mode. Il est très difficile, mais possible, de conserver cette grande vertu. Avec la grâce de Dieu, tout est possible. 

Aujourd’hui, il y a des circonstances atténuantes : les volontés sont moins fortes, il n’y a pas d’éducation dans ce domaine, les jeunes ne sont pas préparés et ne réalisent pas la gravité. On a perdu le sens du péché. Cela devient plus difficile de s’arrêter quand on a commencé (comme une drogue).

 

I Le plan de Dieu sur l’homme et la femme

II Les fautes contre la pureté 

III Ce qui mène à l’impureté

IV Les conséquences des péchés d’impureté

(more…)

12345
 

la pagina di San Paolo Apos... |
De Heilige Koran ... makkel... |
L'IsLaM pOuR tOuS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | islam01
| edmond-catho-hebdo
| edmond-catho-hebdo