Deo Gratias

Pour connaître et aimer

Dieu

Classé dans : Connaissance de Dieu,Credo — 24 octobre 2008 @ 10 10 28

Définition : Dieu est un Esprit, éternel, infiniment parfait, créateur et maître de toute chose. 

Par la raison nous savons qu’il faut qu’existe un Dieu qui a créé le monde, qui soit esprit, infini, éternel, immuable, omniscient, tout-puissant, bon.

Mais la foi nous dit bien plus, et mieux. En connaissant Notre-Seigneur nous connaissons Dieu. « Celui qui me voit, voit aussi mon Père ». Dieu est juste, miséricordieux.

I Dieu est esprit 

II Dieu est éternel et immuable 

III Dieu est Infini et présent partout 

IV Dieu sait tout 

V Dieu est infiniment juste

VI Dieu est saint 

VII Dieu est bon 

VIII Dieu est patient et misericordieux 

I Dieu est esprit 

La Samaritaine demande :  »Seigneur, où faut-il adorer Dieu ? Nos pères ont adoré Dieu sur cette montagne, mais vous dites que c’est à Jérusalem qu’il faut L’adorer  » (S. Jean IV, 20). Et Notre Seigneur dit : « Dieu est esprit et ceux qui l’adorent doivent L’adorer en esprit et en vérité « .

Il n’a pas de corps. Il nous est difficile de nous en faire une idée. Il ne faut jamais oublier que nous empruntons nos comparaisons humaines (« la main de Dieu », de « l’œil de Dieu », du « trône de Dieu », etc.) comme fait aussi la Sainte Écriture.

Veux-tu savoir ce qu’est Dieu ? « C’est ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce que le cœur de l’homme n’a pas saisi. Mais tout ce que le cœur de l’homme n’a pas saisi, comment cela pourrait-il sortir de ses lèvres ? »

Donner de Dieu une définition est absolument impossible.

Maintenant nous avons un reflet de Dieu dans la Création. Au Ciel, nous verrons Dieu. 

Moïse demande au Seigneur  » Montrez-moi Votre face  » (Exode XXXIII, I3)  

II Dieu est éternel et immuable 

A.  Dieu est éternel

Il a toujours existé et existera toujours. « Je suis le commencement et la fin «  (Isaïe XLIV, 6).

« Avant que les montagnes n’eussent été faites, que la terre et le monde n’eussent été formés, Vous êtes Dieu de toute éternité et à jamais  » (Ps. LXXXIX, 2) « Seigneur, Vous avez fondé la terre dès le commencement et les cieux sont l’ouvrage de Vos mains. Ils périront, mais Vous, Vous demeurerez; ils vieilliront tous comme un vêtement : Vous les changerez comme un manteau et ils changeront de forme. Mais Vous, Vous êtes toujours le même et Vos années n’auront pas de fin  » (Ps . CI, 26-2). On dit :  » Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au commencement, qu’Il est maintenant et qu’Il sera toujours dans les siècles des siècles « . 

C’est Lui qui a créé le temps. Saint Augustin :  » Il n’est pas soumis au temps Celui par qui le temps a été fait « .

Tout lui est présent. « Je suis Celui qui suis  » (Exode 111, 14).  

- La pensée de l’éternité de Dieu est une force dans les tentations. Saint Thomas More : « Pour vingt ans dois-je sacrifier l’éternité ? » Elle est une consolation dans les difficultés de la vie qui passe. 

B. Dieu est immuable.

Dieu ne change pas, car Il est éternel et infiniment parfait.  » Depuis le commencement je suis toujours le même  » (Isaïe XLI, 4) « Je suis le Seigneur et je ne change pas  » (Malachie 111, 6). Je puis me confier en lui sans crainte. 

C’est nous qui changeons : le soleil brille toujours, mais les nuages empêchent parfois ses rayons de parvenir jusqu’à nous. C’est pourquoi nous disons : » Dieu se tourne vers nous « ,  » Il se détourne de nous « . 

Quand nous prions, Dieu n’a pas besoin de changer ses plans car Il a toujours su ce que je Lui demande actuellement et il a réglé d’avance le plan en tenant compte de ma prière. 

III Dieu est Infini et présent partout 

- Dieu est présent partout, mais Il est plus grand que le monde : le monde entier est en Dieu. 

Dieu « va d’une extrémité du monde à l’autre » (Sagesse VIII, 1).

« Ne remplis-je pas, moi, les cieux et la terre? dit l’Éternel. » (Jérémie XXIII, 24)

Saint Paul :  » C’est en Lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être  » (Actes XVII, 24, 25, 28). Tout être n’est pas Dieu, mais est en Dieu.

Frédéric le Grand visitait une école de village dans le Brandebourg. On en était justement à la leçon de géographie et le roi demanda aux élèves où se trouvait leur village.  » En Prusse « , répondit un enfant.  » Et où se trouve la Prusse ?  » continua le monarque.  » En Allemagne « .  » Et l’Allemagne ?  »  » En Europe « .  » Et l’Europe ?  »  » Dans le monde « . Et où se trouve le monde? «  questionna finalement le roi. L’enfant réfléchit un instant; puis répondit d’un ton décidé :  » Le monde ? Il est dans la main de Dieu « . 

- Dieu est présent partout, mais il y a des endroits où sa présence est plus sensible : l’écriture dit que le ciel est le trône de Dieu (S. Mathieu V, 34) et Jésus-Christ a dit : « Notre Père qui êtes aux cieux «  (S. Mathieu VI, 9). Pour le psaume CXXXI Dieu est dans le Temple. 

Nous ne sommes séparés de Dieu par aucun espace. Nous nous rapprochons de Lui, quand notre âme Lui ressemble et nous nous éloignons, quand notre âme ne Lui ressemble pas. Il habite dans l’âme des justes : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera, et nous viendrons à lui, et nous ferons chez lui notre demeure. » (S. Jean XIV, 23).

- Cette pensée sera une grande force dans les tentations: Dieu est là. Le Dieu Tout-Puissant qui m’a créé est là. Le Dieu Saint que le péché offense infiniment est là. Le Dieu Juste qui sera un jour mon juge est là.  » Nulle créature n’est cachée devant Dieu, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de Celui à qui nous devons rendre compte  » (Hébreux IV, 13).

Joseph :  » Comment ferais-je un si grand mal et pécherais-je devant Dieu?  » (Genèse XXXIX, 9).

- C’est une grande consolation dans la souffrance. Je ne suis jamais seul dans mes peines, je ne suis pas abandonné. (Même si je ne peux pas avoir la sensation d’être entouré par Dieu, puisqu’Il est Esprit.)

On peut dire simplement  » Seigneur, je sais que Vous êtes ici et que Vous êtes à moi et que je suis à Vous « .  » Seigneur, Vous êtes près de moi et, n’est-ce pas, Vous ne me laisserez pas seul ? «  » Seigneur, Voilà ce que je voudrais faire. Cela Vous fera-t-il plaisir ? Oui ? alors donnez-moi Votre bénédiction »

Saint Jean Chrysostome menacé de l’exil par l’impératrice Eudoxie répondait :  » Vous ne pourriez me faire peur que si vous pouviez m’exiler en un lieu où Dieu n’est pas présent « .

IV Dieu sait tout 

- Dieu se connaît Lui-même parfaitement et tout ce qui existe en dehors de Lui. 

« Il voit jusqu’aux extrémités de la terre, Il aperçoit tout ce qui est sous le ciel » (Job XXVIII, 24). « Il n’y a rien de caché devant ses yeux » disent-ils à un passage (Ecclésiastique XXXIX, 24).

- Il connaît le passé et l’avenir :  » Vous connaissez toutes choses, les nouvelles et les anciennes  » (Ps. CXXXVIII, 5).

Il sait si je serai sauvé ou damné. Alors mes efforts sont vains, tout est inutile ?

Mais aux regards du Dieu éternel il n’y a ni passé ni futur il n’y a que le présent.

Il est comme un homme sur une tour et vous-même au milieu d’une longue file de gens. Cet homme voit loin devant vous, c’est-à-dire l’avenir; il voit loin derrière vous, c’est-à-dire le passé. Il voit et n’est pourtant pas la cause de ce qui arrive. Saint Jérôme : « Ce n’est pas parce que Dieu le sait d’avance qu’une chose arrive, mais c’est parce qu’elle arrive qu’Il le sait « . Le tonnerre va-t-il gronder dans le ciel, parce que nous le savons d’avance quand nous voyons l’éclair ? Non. Nous le savons d’avance parce qu’il va faire du tonnerre.

Il connaît l’homme, l’état présent de votre âme, ses désirs, ses pensées : Dieu « sonde les reins et les cœurs » (Jérémie XVII, 10).

- Quelle consolation de savoir que Dieu me connaît mieux que je ne me connais moi-même ! Il sait de quoi je suis capable, Il connaît mes défauts naturels.

- N’avez-vous pas pitié de Dieu qui voit tout le mal qui se commet ? Mais Dieu voit aussi le bien.

V Dieu est infiniment juste

Dieu ne donne pas à tous les hommes dans une mesure égale, mais Il donne à chacun autant qu’il lui est nécessaire pour atteindre son salut. C’est la parabole des talents (S. Mathieu XXV, 14).

Il ne juge pas d’après les apparences, mais sur la valeur intérieure de l’âme.  » En Dieu il n’y a pas acception des personnes  » (Romains Il, 2).

Dieu récompense selon la justice :  » C’est bien, serviteur bon et fidèle, puisque tu as été fidèle en peu de choses, je t’établirai sur beaucoup ; entre dans la joie de ton maître  » (S. Mathieu XXV, 21). Dieu tient compte de la bonne action la plus minime, accompli en secret.

Dieu punit selon la justice :  » Le Fils de l’homme doit venir dans la gloire de son Père avec ses anges et alors Il rendra à chacun selon ses œuvres  » (S. Mathieu XVI, 27).  

VI Dieu est saint 

 Le prophète Isaïe (VI) décrit la vision grandiose qu’il eut de Dieu : sur un trône élevé, parmi les splendeurs célestes, devant Lui se tiennent les Séraphins qui se couvrent la face de leurs ailes à cause de la majesté divine et sur leurs lèvres ne cesse de retentir le cantique de louange :  » Saint, saint, saint est le Seigneur, Dieu des armées ! « 

  »Le Seigneur est saint dans toutes Ses œuvres  » (Ps. CXLIV, 17) 

Si Dieu est la Sainteté même, comme Il doit haïr le péché !

Quelle opposition faut-il qu’il y ait entre Dieu et le péché pour que Dieu ait été obligé de créer l’enfer !  Dieu est saint, donc il me faut veiller soigneusement sur mon âme :  » Soyez saints, parce que Je suis saint « (Lévitique XI, 44).  » Soyez parfaits, comme votre Père céleste est parfait  » (S. Mathieu V, 48)

VII Dieu est bon 

 On dit souvent : « Le Bon Dieu « . « Vous aimez toutes les créatures et vous ne haïssez rien de ce que Vous avez fait  » (Sagesse XI, 25). Dieu est bon et Tout-Puissant, de sorte qu’Il veut et peut nous aider.

- « Dieu a tellement aimé le monde, qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais ait la vie éternelle «  (saint Jean III, 16). Et cette vie éternelle est une élévation de la nature humaine vers la vie divine.

- « Je ne veux pas la mort du pécheur, mais qu’il se convertisse et qu’il vive  » (Ézéchiel XXXIII, 2). Dieu veut conduire tous les hommes au salut éternel et Il serait au comble de la joie, si tous étaient sauvés. Et Il fait tout pour cela. Son Fils unique a versé dans ce but jusque la dernière goutte de son sang, qu’aurait-Il pu encore faire pour nous ?

Personne ne se perd, sinon celui qui le veut. Dieu ne chasse personne, c’est l’homme qui se sépare lui-même de Dieu. 

- Dieu ne veut ni le péché ni le mal ;  » Par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort « (Romains V, 12) mais cependant Il les permet.

Dieu veut que l’homme collabore à son salut par sa volonté libre. Et c’est l’homme qui se sert de sa liberté pour faire le mal, Dieu n’en est pas responsable. Suis-je responsable si l’élève auquel j’ai enseigné toute sorte de choses utiles fait plus tard dans sa vie mauvais usage de ses connaissances ? 

- Dieu sait tirer le bien du mal. Joseph vendu jadis par ses frères leur rappelait :  » Vous aviez dans l’idée de me faire du mal mais Dieu a voulu en faire sortir un bien  » (Genèse L, 20).

Les juifs persécutaient ses disciples, mais les chrétiens fuyant dans toutes les directions portèrent partout dans le monde la foi chrétienne.

Dieu se tait, parce qu’Il a dit ce qu’Il avait à révéler, et il est patient.

« Mes pensées ne sont pas vos pensées« , dit le Seigneur

Les parents ôtent un couteau des mains de l’enfant. Pendant une opération, la mère tient son enfant malade. Son cœur souffre davantage que celui de son enfant.

 Saint Augustin : « Lorsqu’un profane se promène dans un atelier, il y aperçoit toutes sortes d’outils dont il ignore la destination : s’il est très borné, il les jugera même inutiles. S’il se brûle ou s’il se blesse après un instrument tranchant, il les déclarera nuisibles. Mais le chef connaît leur emploi, il rira de l’insensé et ne se souciera pas de ses folles remarques, mais continuera son travail. » Et voilà la sottise des hommes : quand il s’agit d’un ouvrier d’ici-bas, on n’ose pas critiquer chez lui ce que l’on ne comprend pas, mais on croit que tout ce qui se trouve dans l’atelier a un but défini. Devant le grand œuvre de l’univers dont Dieu est le constructeur et le gardien on ose critiquer beaucoup de choses que l’on ne comprend pas

Conséquences : 

- Si Dieu est bon pour moi, moi aussi le dois être bon pour les hommes. 

 « Personne n’est bon, sinon Dieu seul « , a dit Notre-Seigneur (S. Marc X, 18) Ce qu’il y a de bonté dans le monde trouve sa source dans l’infinie bonté de Dieu.

On disait de saint François de Sales :  » Mon Dieu, comme il faut que Vous soyez bon, si déjà l’évêque de Genève est si bon! «  

VIII Dieu est patient et misericordieux 

« Le Seigneur attend pour vous faire grâce  » (Isaïe XXX 18) Saint Paul dit qu’  « Il est le Père des miséricordes  » (II° Corinthiens I, 3). Tout péché peut être pardonné.

Dieu est patient, parce qu’Il est éternel. Heureusement que Dieu ne frappe pas le pécheur à l’instant même où il commet le péché ! Sainte Madeleine, Saint Paul, Saint Augustin…

Chaque fois que le peuple d’Israël s’insurge contre Dieu, Il lui envoie des prophètes : si seulement il se convertissait! Il lui envoie encore son Fils unique.

Dieu retarde le châtiment aussi pour que la punition du méchant ne frappe pas également des innocents. C’est la parabole du bon grain et de l’ivraie. 

Conséquences : 

- Il ne faut pas abuser de la patience de Dieu :  » Ne dis pas : La miséricorde de Dieu est grande, Il pardonnera la multitude de mes péchés … ne tarde pas à te convertir au Seigneur, et ne diffère pas de jour en jour  » (Ecclésiastique V, 6-7). Il est presque impossible psychologiquement que cet homme, à ses derniers instants, dans les douleurs de la maladie et les affres de l’agonie, soit capable d’exciter en lui-même une véritable contrition. Ce serait jouer avec le hasard de la vie éternelle, si l’on comptait uniquement sur sa dernière heure.

Oui, celui qui meurt dans le péché mortel est damné, mais seul Dieu qui sait tout peut juger si le péché de cet homme était un péché mortel. Le péché mortel n’est pas un piège caché dans lequel on tombe, sans s’en rendre compte.

- Il faut que je sois patient envers moi-même, dans la maladie, à l’égard de notre prochain, en face des vicissitudes de l’existence. 

- Si nous voulons que Dieu soit miséricordieux envers nous, alors il faut que nous soyons nous-mêmes miséricordieux envers notre prochain : « Pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé ». Lorsque le serviteur impitoyable fut jeté en prison, Jésus en tira cette conclusion :  » C’est ainsi que vous traitera mon Père céleste, si chacun de vous ne pardonne à son frère du fond de son cœur  » (S. Mathieu XVIII, 35).

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

la pagina di San Paolo Apos... |
De Heilige Koran ... makkel... |
L'IsLaM pOuR tOuS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | islam01
| edmond-catho-hebdo
| edmond-catho-hebdo