Deo Gratias

Pour connaître et aimer

L’Existence de Dieu

Classé dans : Credo — 19 octobre 2008 @ 10 10 27

C’est sur les idées que j’ai de Dieu que se règle toute mon existence terrestre et se détermine le sort de ma vie éternelle. Nous connaissons l’existence de Dieu indirectement, par les traces qu’Il a laissées dans le monde, et directement, parce qu’il s’est révélé à Adam et Eve, aux prophètes, à certains patriarches, et surtout, Il est venu Lui-même sur la terre. 

 Par la raison, je peux démontrer l’existence de Dieu, pour ne pas croire en aveugle. En revanche, les athées n’ont aucun argument qui prouve l’inexistence de Dieu. Saint Paul dit qu’il faut avoir un « culte raisonnable » (Romains, XII, I). 

I Dieu n’est pas visible mais Il a laissé ses traces dans le monde. 

A.     D’où vient le monde? 

B.     D’où vient l’ordre du monde? 

C.     D’où vient le mouvement du monde?

D.    D’où viennent la vie de la matière (la pousse des plantes), les instincts des animaux, l’homme? II Dieu a laissé ses traces dans l’homme. 

A.     D’où vient la distinction entre le bien et le mal?  B.     D’où vient la voix de la conscience? 

C.     D’où vient la soif de vérité de l’homme, et qui peut la combler? 

D.    D’où vient la soif de bonheur de l’homme et qui peut la combler? 

E.    D’où vient la soif de justice de l’homme et qui peut la combler?

III L’homme a besoin de Dieu, il ne peut pas vivre sans Dieu 

I Dieu n’est pas visible mais Il a laissé ses traces dans le monde. 

A.     D’où vient le monde? Aucune créature n’a pu se créer elle-même. Il faut quelqu’un de non créé qui les ait créées. Tout a une cause. On pose la question « pourquoi ». Saint Paul a raison de dire que Dieu « est rendu visible à l’intelli­gence par le moyen de ses oeuvres » (Romains, I, 10). B.     D’où vient l’ordre du monde? 

L’univers est immense, organisé par des lois que la science découvre. Les Anciens appellent le monde cosmos, harmonie, ordre.  Aristote a écrit « De même que celui qui du haut du mont Ida aurait vu l’armée des Grecs s’avancer en ordre de bataille dans la plaine – en tête les cavaliers avec leurs chevaux et les chars de guerre, puis les fantassins – serait obligé de penser qu’il faut qu’il y ait quelqu’un pour diriger cette masse guerrière et commander la marche des troupes, de même que le matelot, à la vue d’un navire tendant ses voiles au vent favorable, pense qu’il y a certainement un pilote à bord, qui le dirige et le conduit vers le port, de même ceux qui, les premiers, ont levé leurs regards vers le ciel et ont vu comment le soleil poursuit sa course de l’orient à l’occident et ont contemplé la troupe bien ordonnée des étoiles, ont cherché le maître créateur de cet ordre admirable, car ils ont été obligés de penser que ce n’était pas le fait du hasard, mais provenait d’un Être puissant et impérissable » (Sext. Empir. Dogm. III, 2°).  Un membre de l”entourage de Napoléon, le général Bertrand, était d’un autre avis et disait à Napoléon « Qu’est-ce que Dieu? Enfin vous n’avez pas vu Dieu? » L’empereur répondit « Vous n’avez pas vu mon génie et pourtant après mes victoires vous disiez que je suis un grand génie. Pourtant qu’est-ce que mes victoires à côté des oeuvres du Tout-Puissant? Que sont mes plus brillants faits d’armes à côté du mouvement des étoiles ? Si vous concluez des actions d’un homme à son génie que vous ne voyez pas, pourquoi ne voulez-vous pas des oeuvres grandioses du Créateur conclure à un Créateur invisible ? »  Mélangez donc dans une imprimerie les lettres de l’alphabet et jetez-les à terre, en sortira-t-il une seule phrase raisonnable ? C’est comme une montre ou une maison. Montrez-moi une voiture, un avion, une lampe électrique, un appareil photo­graphique qui se soit fait tout seul.  Il est plus difficile -et même impossible- d’admettre que ce monde magnifiquement ordonné s’est fait tout seul que d’admettre que Dieu a créé le monde.  

Les incroyants aussi ont leur Credo : je crois que ce magnifique univers s’est fait tout seul. «Ils sont insensés par nature tous les hommes qui ont ignoré Dieu… et qui n’ont pas su par la con­sidération de ses oeuvres reconnaître l’Ouvrier… » (Livre de la Sagesse, XIII, 1-5). Le géologue belge d’Omalius dit : « J’admets qu’il soit difficile à notre raison de concevoir l’existence d’un Dieu tout puissant et pur esprit ainsi que l’acte de la création, mais il est beaucoup plus difficile de concevoir l’essence de l’uni­vers et son ordre admirable, si un Être tout-puissant n’a pas existé auparavant ». C.     D’où vient le mouvement du monde? Le son, la lumière, la chaleur, le magnétisme, l’électricité,… Il faut un “premier Moteur”. 

D.    D’où viennent la vie de la matière (la pousse des plantes), les instincts des animaux, l’homme? La plupart des hommes n’ont pas idée de la com­plication et en même temps de l’extrême unité de leur corps : le corps vivant de l’homme. Le bureau de la direction c’est le cerveau. Un câble épais sort du bureau – la moelle épinière – qui se divise en tout un réseau de fils téléphoniques – le système nerveux – qui transmettent les ordres de la direction. Les nouvelles du monde extérieur sont reçues par deux écouteurs : les deux oreilles; les images du monde extérieur par deux appareils photographiques les deux yeux : sur une seule plaque ils prennent des millions de vues en couleur. Dans cette grande usine on trouve aussi deux laboratoires de chimie : l’odorat et le goût; une merveilleuse pompe aspirante et foulante : le coeur; un filtre : les reins, un chauffage central fonctionnant magnifiquement les organes de la digestion qui maintiennent constamment une température de 37°; la chaudière de ce chauffage central est alimentée par un moulin : les dents. Où est l’orgue qui soit équivalent à une gorge humaine? Où est le pont suspendu dont le mécanisme soit équi­valent au squelette et au système musculaire de l’homme? Mon coeur bat nuit et jour, que j’y pense ou n’y pense pas. Si je me blesse un peu à un doigt, une sensation de douleur l’annonce au corps tout entier et l’instant d’après chaque partie du corps se met à l’ouvrage pour guérir la blessure. 

Et maintenant je pose la question : Qui a construit cette machine d’une précision et d’une utilité incomparables?  II Dieu a laissé ses traces dans l’homme.  A.     D’où vient la distinction entre le bien et le mal? Elle ne dépend ni de l’homme, ni du lieu, ni de l’époque, donc c’est Dieu qui l’a établie. Un missionnaire aux Indes était entré en conver­sation avec un paria qui ne savait ni lire ni écrire. Le religieux lui demanda : « Si quelqu’un volait ton argent, serait-ce un péché? – Naturellement, répondit le paria. Et si quelqu’un tuait un autre ? – Cela aussi. – Alors vous aussi vous connaissez les commandements de Dieu. Qui vous les a appris? – Dieu. – Pourtant Dieu ne vous a jamais parlé ». Alors le païen montra sa poitrine et répondit : « C’est là-dedans ». C’est devant Dieu que je réponds de mes actes. « Je suis le Dieu tout-­puissant – dit Dieu à Abraham – marche devant moi et sois irréprochable » (Genèse, XVII, I). Si l’au­torité divine ne veillait pas sur les lois morales, où y aurait-il une autre autorité qui pût imposer à l’homme de les observer? Et “si Dieu n’existe pas, tout est permis” Dostoïevsky. 

B.     D’où vient la voix de la conscience? Elle est présente à l’origine (même le petit enfant se cache pour faire le mal) en tous les hommes, (on attend de chaque homme qu’il ne soit pas un scélérat, ce n’est pas comme un talent particulier) ne dépend pas de nous, « Le méchant fuit, sans qu’on le poursuive » (Proverbes, XXVIII, I). 

ne peut pas être étouffée définitivement, donc elle est mise en nous par Dieu. On a du remord quand on fait le mal, même tout seul; et on est heureux quand on a fait le bien. C.     D’où vient la soif de vérité de l’homme, et qui peut la combler? 

L’homme désire la vérité, mais il ne trouve la vérité complète qu’en Dieu: la réponse aux questions : “d’où vient le monde et tous ses éléments, et où va-t-il?” La source de la vérité est Dieu. D.    D’où vient la soif de bonheur de l’homme et qui peut la combler? 

Si nous avons le désir du bonheur, il est destiné à être comblé. La nature nous a donné des yeux, mais elle a donné aussi la lumière; elle nous a donné des oreilles, mais aussi les mélodies ; elle nous a donné la soif, mais aussi l’eau pour l’épan­cher. Personne ne peut être parfaitement heureux sur terre. L’homme ne trouve le bonheur ni dans la richesse, [« La richesse excessive rend inquiet et mécontent » dit Ford]  ni dans les plaisirs, ni dans les honneurs. L’homme ne trouvera le bonheur parfait qu’en Dieu. E.    D’où vient la soif de justice de l’homme et qui peut la combler?

Sur terre, nous voyons les bons persécutés et les méchants triomphants : soit la destinée de l’homme est tragique, ou soit il faut qu’il y ait un Dieu qui récompense la justice et punit l’injustice. 

III L’homme a besoin de Dieu, il ne peut pas vivre sans Dieu  - Il est malheureux : Nous savons beaucoup plus de choses que nos prédécesseurs mais sommes-nous plus heureux? Voyons le nombre de suicides qui augmente. - Il n’a pas de morale : Schiller dit: “Si dans un état la religion chancelle, elle ne chancelle pas toute seule. Non, non. Mais avec elle chancellent aussi toutes les colonnes de la société : autorité, respect des lois, discipline, honnêteté, moralité”. Et Napoléon: “Un peuple qui n’a pas de religion ne peut être gouverné qu’avec des fusils.” Il faut qu’il y ait un Dieu, car s’il n’y en avait pas, on ne pourrait vraiment pas comprendre que l’athéisme produise de si profonds ravages dans la vie de l’humanité. L’athéisme a donné lieu au communisme, au nazisme, aux avortements, à l’euthanasie.  - Jamais un seul peuple a été athée, n’a eu aucune idée de Dieu ou de divinités (même si l’idée de Dieu y a été déformée). Là où l’humanité est unanimement d’accord, peut-il y avoir illusion? On s’est parfois trompé sur ce qu’on voyait (le soleil qui tourne autour de la terre, parce qu’on était trompé par les sens) mais là, ce ne sont pas nos sens qui peuvent nous tromper!Et aujourd’hui, même si on étouffe cette question, on ne sait pas si elle ne reviendra pas au galop! On n’a jamais autant parlé des religions qu’aujourd’hui! Les enfants se posent spontanément la question de Dieu, de la mort, etc. avec leurs interminables “pourquoi”.  - Même lorsqu’il se dit athée, l’homme croit à quelque chose : il se donne des idoles (chanteurs, sportifs dont on a le poster dans sa chambre, plus grand que nos crucifix) et des superstitions (astrologie, voyantes…). Regardez la recrudescence de l’occultisme, du satanisme. Plutarque :Un peuple sans temples, sans divinités, sans serments, sans prières, sans sacri­fices, personne n’en a jamais vu ni n’en verra jamais.” 

- On ne peut pas étouffer l’idée de Dieu : Voltaire en 1753 cria au monde : “Dans vingt-cinq ans Dieu sera tombé dans l’oubli.” La Révolution, le Communisme ont essayé, en vain. L’incroyance est donc un état exceptionnel dans l’humanité. L’homme est créé à l’image de Dieu. Donc plus nous croyons en Dieu, plus nous perfectionnons en nous son image, donc plus nous devenons hommes. Et inversement… 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

la pagina di San Paolo Apos... |
De Heilige Koran ... makkel... |
L'IsLaM pOuR tOuS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | islam01
| edmond-catho-hebdo
| edmond-catho-hebdo