Deo Gratias

Pour connaître et aimer

Aide mémoire pour préparer la veillée scoute

Classé dans : Coin scout,Formation de la personnalité — 4 juillet 2008 @ 12 12 30

 Vous trouverez des idées pour les techniques de veillées, les chants, les bans, les jeux…

Courbe de veillée : Lors d’une veillée, il faut enchaîner les numéros de manière à ce que l’ambiance monte crescendo, puis se calme progressivement pour préparer les scouts à l’éventuelle prière et au coucher.  On peut accompagner cette courbe par le feu qui diminue au fur et à mesure de la veillée. 
 

TECHNIQUES DE VEILLEE

- Sketch (histoire inventée, drôle, saynète jouée, contes…)

- Tableaux vivants: Histoire illustrée par une mise en scène statique. Pendant que le lecteur parle, les personnes entrent ou sortent de scène, prennent leur position et ne bouge plus lorsque le lecteur s’arrête.

- Mimes: Mise en scène de personnages sans lecture de texte. Les acteurs ne doivent pas émettre de son mais s’exprimer uniquement avec leur corps de manière à raconter une histoire. Les gestes doivent êtres exagérés.

- Ombres chinoises, automates, marottes, gants blancs 

- Chœurs parlés : À la base, un petit groupe de personnes disent leur texte en même temps : cela renforce le texte et lui donne une autre couleur.  Le choeur reste habituellement statique (excepté des mouvements de bras, de tête, …), ne se déplace donc pas sur scène. S’il doit se déplacer (pour les besoins de la mise en  scène), cela va apporter inévitablement une difficulté supplémentaire. La difficulté est de donner une couleur uniforme au choeur, c’est à dire déclamer sur le même ton (à l’origine, certains parlent grave, d’autres aigu – il est donc parfois nécessaire de changer de ton).
Un texte (une histoire) récité en entier par le choeur serait très monotone… aussi on limite souvent le choeur à des interventions ponctuelles qui peuvent être : – un écho à des mots ou à un groupe de mots  – des bruitages. Il est alors nécessaire d’avoir un narrateur qui racontera l’histoire. Le choeur peut aussi faire une foule, dans ce cas les interjections de la foule sont dites à tour de rôle par chaque personne du choeur, sans ordre préétabli. L’avantage du choeur parlé, outre ses possibilités très nombreuses et son originalité, est qu’on peut constituer en choeur des jeunes pas du tout à l’aise sur une scène, qui ne seraient pas capable d’intervenir seul.


- Chorégraphie

- Comédie musicale : sketch interrompu par des chansons)
- Diapositives ou « clic clac » : Histoire illustrée par un diaporama de photos et la lecture d’un texte. Un drap permet aux acteurs de se mettrent en place sans que le public les voit. Puis le drap descend et les personnages gardent leurs positions quelques instants. Une fois le drap remonté, la photo suivante se met en place.

- Bruitages : Histoire (lue par un lecteur) dans laquelle les bruits sont amplifiés et réalisés sur scène ou dans les coulisses ou dans le public. Il est possible d’utiliser toute sorte de matériaux, de musique, de sons… Veiller à faire durer les bruits assez longtemps.
- Opérette : Histoire racontée uniquement par des chants. On peut alterner les solos, duo, trio ou chœur selon le scénario

- Danse : Chorégraphie individuelle, par groupe ou collective qui illustre le thème, le texte, l’histoire. L’expression corporelle doit s’appuyer sur la musique (rythme, phénomènes de répétitions…), ou sur le texte. Elle doit être très expressive : il faut exagérer et amplifier les mouvements.

CHANTS (Hodari)

- de lancement : Holà, dedans le campement (p122), Le feu brille et la forêt palpite (p113) , Feu tout doux, feu tout doux du soir (p131), Entendez-vous dans le feu (p133) , Elève-toi, flamme légère (p136), La légende du feu (p140), Du fagot jaillit la flamme (p 133), Dans la forêt lointaine ( p 26) As-tu compté les étoiles ( p 114) Hymne à la nuit ( p 128 B), Les crapauds ( p176) Souvenirs qui passent ( p 87) Allez mon troupeau ( p 116) C’était dans la nuit brune ( p 146)…

- de fin de veillée : (doux, beaux et plutôt spi pour amener la prière du soir) Avant d’aller dormir (p 360), Cantique des patrouilles (p364), Notre-Dame des éclaireurs (p372), J’ai choisi l’amour du Seigneur (p409), Deus adjuva nos (p104), Etoile au grand large (p44), Kyrie des Gueux (p67), La ronde de nuit (p145), Canon du soir (p129), La cloche du vieux manoir (p119), l’Espérance (p130), La Calvacade, le galérien (p186), L’enfant au cœur d’or (p 254) Les marins de Groix ( p 331), J’ai laissé là-bas ( p 283) Ani couni ( p 238) Avant d’aller dormir ( p 360), Berceuse cosaque ( p 236 A), Cantique des patrouilles ( p 364) Le petit Grégoire ( p 300), File la laine ( p 184) Jésus-Christ s’habille en pauvre ( p 218) Qui peut faire de la voile sans vent ( p 293) O Sari Marès ( p 277), Le petit âne gris ( p 210),…

- Autres chants : Je cherche fortune (p70), Je suis un peu fou ( p72), Chevaliers de la table ronde ( p 164 G), Ah que nos pères étaient heureux ( p 164 A)En traîneau (p 267), Le soldat belge (p 268), Le vieux chalet ( p 291) V’là le bon vent (p305), Santiano (p340), La Belle Volga ( p 243) Chant des haleurs de la Volga ( p 253), Hé garçon, prends la barre ( p 334), Matelot, puisqu’il fait bon vent ( p 333), Nous aimons l’orage ( p 62) Les pirates ( p 319), Red river Valley ( p 308) Vieux Joe ( p 307) Etoile au grand large ( p 44), Les Cosaques (p 258), Le petit gitanos ( p 286), Le roi Arthur ( p 297) En traîneau ( p 257), La Chèvre (p 170), Les crocodiles ( p 174 A) Un jour la troupe campa ( p 4) La blanche hermine ( p 248), La Bourgogne ( p 245) Un gai luron des Flandres ( p 47) La Bohême ( p 244), Ma prairie (p 289) Pétrouchka ( p 263) Fleur d’épine ( p 10 B), Le jongleur de Notre-Dame ( p 214 B) Amitié liberté ( p 5) Mes amis la vie est belle ( p 60 ), Quand je bois du vin clairet ( p 224), La Piémontaise ( p 281)

Canons : Brave Madeleine ( p 19) Ego sum pauper (p 134) Une grenouille sur un tuyau ( p 211) Voguons au vent de mer.

BANS 

- On a bien ri (p206)

- B, R, A, V, O ! bravo bravo bravo ! - C’est un M, un E, un R, c’est un C avec un I ; Rassemblez toutes ces lettres et vous trouverez MERCI !C’est un B, un R, un A, c’est un V avec un O, Rassemblez toutes ces lettres et vous trouverez BRAVO ! Bravo ! Merci ! Merci ! Bravo ! A Bientôt ! On peut ajouter SUPER et EXTRA.  

- Et moi, moi qui croyais, que ces filles-là savaient rien faire, je crois dès à présent qu’il va falloir le faire un ban…(applaudissements)

- Papa Baleine, palapampampam (grand geste, chant fort)  Maman Baleine, palapampampam (moins fort) , Bébé palapampampam (petit geste, pas fort), Papa Crocro…..etc

- 97, 98, 99…Sensationnel ! 97, 98…

- Mime où quand la main est au-dessus on applaudit, en dessous on arrête et puis on accélère, et les spectateurs vont de plus en plus vite et c’est plus dur pour s’arrêter et reprendre etc.

- Ça commence dans la musique avec un M, avec un M  Ça scintille comme une étoile avec un E, avec E   Ça dessine un chemin de rêve, avec un R   Par la force d’une caresse, prenez le C  Dans la bouche (ou sur la corde) d’une guitare, prenez le I C’est un mot qui soudain se chante, et qui vous dit, et qui vous dit :   Merci, merci, merci, merci ! - Ban de la vache : Tout le monde se met à quatre pattes. Une personne dit meeeuuh. Les autres répondent : meeeuuh. La  personne qui mène le fait 3 fois de suite. À la fin la  personne qui mène dit : « meeeeuuuurveilleux ». (Les vaches doivent faire  aller leur tête de droite à gauche à chaque  « meeuu »). C’est la façon de dire merveilleux.  - Ban du réveil-matin (ou de la bombe) : Tout le monde est en cercle. Une première personne dit « Tic » en inclinant sa tête à gauche, puis « Tac » en inclinant sa tête à droite. Quand elle dit de nouveau « Tic », sa voisine de gauche dit aussi Tic et Tac en inclinant sa tête respectivement à gauche et à droite. Le « Tic » « Tac » se propage ainsi dans le cercle. Quand la dernière personne a dit Tic et Tac, alors tout le monde dit « DRRINNG » comme un réveil-matin ou « BOOUUM » comme une bombe.  - Ban de la bombe (deuxième version) Idéal pour rétablir le silence et l’attention. Un premier participant commence à faire :  » chhhhhhhh  » Tous ceux qui l’entendent l’imitent jusqu’à ce qu’on n’entende plus qu’un  » chhhhh  » général. Alors on fait  » baoum  » tous ensemble.  - Ban du cheval Le cheval galope (frapper mains et cuisses pour imiter le son d’un galop)
Le cheval passe sur un pont (frapper sur la poitrine comme un gorille)
Le cheval passe dans le foin (frotter les mains ensemble)
Le cheval reçoit une goutte d’eau (frapper une main avec un doigt) 
Puis : - Le cheval reçoit deux gouttes d’eau (frapper deux fois une main avec deux doigts) 
- Le cheval reçoit trois gouttes d’eau (frapper trois fois une main avec trois doigts) - Le cheval reçoit quatre gouttes d’eau (frapper quatre fois une main avec quatre doigts)  - Le cheval reçoit cinq gouttes d’eau (applaudir)  - Le moulin à café : On se penche vers l’avant et on fait semblant de tourner une manivelle en disant « bra, bra, bra, etc » tout en montant lentement. Quand on est redressé, on finit en disant « Vo » en écartant les bras au-dessus de la tête. - La voiture : On commence par dire « b,b,b,b,b,b, » en faisant semblant de tourner une clé dans le contact d’une voiture.  Puis on dit « rrrrrrrrrrr » : c’est le moteur qui a démarré Puis on dit Aaaaaaaaaaaah! avec un air de satisfaction puisque le moteur est parti. Puis on dit « vvvvvvvvvvvv » en commençant par une note haute qui baisse jusqu’à la fin, pour imiter le bruit d’un moteur électrique qui s’éteint  Et enfin, on dit Oooooooooooh avec un air de déception… - Les cuisiniers NB: (1) = toute petite voix; (2) = voix normale et (3) = GROOOSSE voix « Il était une fois 3 cuisiniers. Il y avait (1) le tout petit cuisinier, (2) le cuisinier moyen, normal et (3) l’énoooorme cuisinier. (1) Le tout petit cuisinier avait une toute petite marmite, avec une toute petite louche et quand il faisait tourner sa louche dans la marmite, ça faisait: »
L’assemblée:
 » (1) Brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrravoooo! (3x, en faisant le geste de tourner une louche dans une marmite en terminant sur le « o » en levant les bras, comme dans un des tiens…) ».
L’animateur:
« (2) Et puis il y avait le cuisinier normal qui, lui, avait une marmite
normale et une louche normale et quand… »
etc. et idem avec le gros cuisinier…
- Les chiens rouges
On divise les jeunes en chiens rouges et en chiens noirs, puis ils se mettent à 4 pattes (en mélangeant les noirs et les rouges) sur une ligne, très serrés les uns contre les autres. Le meneur se met devant face à eux (à 4 pattes aussi) et explique :  » il y a les chiens noirs et les chiens rouges. Les chiens noirs poursuivent les chiens rouges. Tantôt ce sont les chiens noirs qui gagnent, tantôt ce sont les chiens rouges. Mais tous, on galope, on galope. « 
A ces derniers mots, tout le monde se met à frapper les mains sur le sol devant soi pour faire le bruit du galop. Ensuite tout dépend de ce que dit l’animateur : 
 » On galope, on galope  » : frapper les mains sur le sol devant soi pour faire le bruit du galop  » VIRAGE A DROITE  » : tout le monde se penche le plus possible sur son voisin de droite  » On galope, on galope  » : frapper les mains sur le sol devant soi pour faire le bruit du galop  » VIRAGE A GAUCHE  » : tout le monde se penche le plus possible sur son voisin de gauche  » On galope, on galope  » : frapper les mains sur le sol devant soi pour faire le bruit du galop  » UN OBSTACLE  » : tout le monde lève les mains puis les abat sur le sol en se penchant le plus
loin possible en avant, comme un cheval qui saute un obstacle. 
Au bout d’un certain temps le meneur interrompt, brandit le poing avec le pouce vers le haut en signe de victoire et se met à chanter  » on est les champions « 
- à ce moment-là, ce sont les chiens rouges qui ont gagné : la moitié des louveteaux brandit donc le poing pouce vers le haut et se met à chanter  » on est les champions « 
- mais du coup, les chiens noirs ont perdu, alors ils brandissent le poing avec le pouce vers le bas en chantant :  » zéro, zéro, zéro « 
Ensuite on recommence et on fait gagner les chiens noirs, et ainsi de suite 
La chasse à l’ours
Tout le monde est assis en cercle. Le meneur lance chaque phrase, et les enfants répètent. En frappant en cadence les mains sur les cuisses : Ooooh ! oh ! OOOH ! OH ! (très fort) On va à la chasse à l’ours !
ON VA A LA CHASSE A L’OURS ! (très fort) Y’a un arbre ! Y’a un GRAND arbre ! On peut pas le contourner On peut pas passer dessous Il va falloir l’escalader ! 
Tout le monde fait avec ses mains comme s’il grimpait de + en + haut puis redescendait de l’autre côté (en bougeant les mains l’une après l’autre en gardant la cadence qu’on avait quand on tapait des mains sur les cuisses. A chaque fois qu’on bouge une main on dit  » tchac « , de plus en plus fort quand on monte, de – en – fort quand on descend) On recommence à taper les mains sur les cuisses :
Ooooh ! oh ! OOOH ! OH ! (très fort) On va à la chasse à l’ours ! ON VA A LA CHASSE A L’OURS ! (très fort) Y’a un lac ! Y’a un GRAND lac ! On peut pas le contourner On peut pas passer dessous
Il va falloir le traverser ! Tout le monde fait avec ses bras comme s’il nageait le crawl (en bougeant les bras l’un après l’autre en gardant la cadence qu’on avait quand on tapait des mains sur les cuisses. A chaque fois qu’on bouge un bras on dit  » schlouf « ) 
On recommence à taper les mains sur les cuisses :
Ooooh ! oh ! OOOH ! OH ! (très fort) On va à la chasse à l’ours ! ON VA A LA CHASSE A L’OURS ! (très fort) Y’a d’la boue ! Y’a plein d’boue ! On peut pas la contourner On peut pas passer dessous
Il va falloir marcher dedans ! Tout le monde fait avec ses pieds comme s’il marchait dans la boue (en bougeant les pieds l’un après l’autre en gardant la cadence qu’on avait quand on tapait des mains sur les cuisses. A chaque fois qu’on bouge un pied on dit  » splotch « , ou tout autre bruit de boue) 
On recommence à taper des mains sur les cuisses :
Ooooh ! oh ! OOOH ! OH ! (très fort) On va à la chasse à l’ours ! ON VA A LA CHASSE A L’OURS ! (très fort) Y’a une grotte ! Y’a deux yeux ! Y’a une GRANDE bouche ! Le meneur :  » C’EST L’OURS !!!!!  » (très fort) Tout le monde se met à crier :  » AAAAAAAAHHHHHH !!!!!! « 
Et tout le monde tape des mains en alternance sur les cuisses pour faire le bruit de quelqu’un qui court à toute vitesse. Ensuite on arrive à la boue, alors tout le monde refait avec ses pieds comme s’il marchait dans la boue mais en beaucoup plus rapide (forcément, il faut semer l’ours, et ça court vite un ours !!!) Puis on recommence à courir en frappant alternativement des mains sur les cuisses. Puis on arrive au lac, alors on refait comme si on nageait mais en beaucoup plus rapide. Puis de nouveau, bruit de la course. Puis on arrive à l’arbre, alors on refait comme si on grimpait mais en beaucoup plus rapide. Puis on court à nouveau mais de moins en moins vite, jusqu’à s’arrêter. 
Alors le meneur fait semblant d’écouter d’un air inquiet, puis il crie :  » IL EST ENCORE LÀ !!!!!!  » et on recommence tout le paragraphe précédent.  Remarques :
- Succès garanti auprès des enfants
- Très utile pour se réchauffer quand il fait froid
- Rappelez-vous que tout ce ban tient à son rythme, il ne faut jamais perdre la cadence.
- Vous pouvez inventer et rajouter autant d’obstacles que vous voulez
- Et si un petit loup vous demande en ouvrant de grands yeux déçus :  » ben alors, on l’a pas attrapé l’ours ? », répondez-lui en prenant un air effrayé :  » ben non, t’as pas vu comment il était grand… il était bien trop fort pour nous !!  »
 
- Ban du moustique Un premier participant commence à faire :  » bzzzzz.  » Tous ceux qui l’entendent l’imitent, jusqu’à ce qu’on n’entende plus qu’un vrombissement général. Alors un des participants commence à claquer dans ses mains, comme s’il essayait d’avoir le moustique. Un 2ème fait pareil, un 3ème, puis tous claquent dans les mains, d’abord de façon espacée, puis de + en + vite, jusqu’à ce que tout le monde applaudisse. (Éventuellement, vous pouvez conclure, quand tout le monde a fini d’applaudir, en faisant un  » bzzzz  » de moustique en perdition en train de s’écraser par terre.) - Le ban du popcorn: Les jeunes sont en cercle et accroupis. À tour de rôle, chacun se relève à moitié en disant « pop » . Quand le dernier a fait « pop », tout le monde saute en écartant bras et jambes et en criant « popcorn ».- Le ban du lavage de vitre Les jeunes disent et font trois fois :
- psschit, psschit, psschit    (geste d’envoyer du lave-vitre dans une fenêtre)
- coui-hi, coui-hi, coui-hi      (gest e de laver circulairement une fenêtre)
Puis tout le monde s’écrie ensemble « C’est formidable »   (Ou « C’est clair » ou « C’est  nettement bon »)- Le ban du trainTous les jeunes sont l’un derrière l’autre, les mains sur les épaules de la personne en avant de lui. Le meneur est en avant de la file.

Meneur : Tout le monde à bord
Tous : Tout le monde à bord
Meneur : coup de sifflet
Tous : pssscchhhhhiiiiiittttt      (la vapeur est lâchée, puis en avançant normalement, tous disent) J’fiche le camp, J’fiche le camp…
Meneur : On monte la côte (et on avance tous plus lentement)
Tous : J’fais ce que j’peux, J’fais ce que j’peux,….
Meneur : le plateau (on avance de nouveau normalement)
Tous :  J’fiche le camp, J’fiche le camp…
Meneur : On descend la côte (et tout le  monde avance plus vite)
Tous : Si tu tombes, tu t’tues, Si tu tombes, tu t’tues…
Meneur : On arrive en gare
Tous : Tchou! Tchou! pssscchhhhhiiiiiittttt
Meneur : Terminus! Tout l’monde descend

JEUX 

. Roméo et Juliette: on prend quatre ou cinq paires, un Roméo et une Juliette à chaque fois. Juliette ne peut pas bouger et Roméo a les pieds ligotés; ils doivent se retrouver en criant, sachant qu’il y a déjà d’autres couples qui s’appellent.

. Chacune de celles qui sont sorties vont devoir poser des questions auxquelles on ne peut répondre que par oui ou par non. La première personne à qui on a posé une question ne répond pas. La deuxième répond à la question posée à la première et ainsi de suite…

. Le mime en série (4-5 candidats qu’on emmène plus loin; on mime une histoire au premier, qui la mime au second, etc. Le dernier doit la raconter, mais elle n’a généralement plus rien à voir!)

. L’enfilage de chaussettes: amener un gros stock de chaussettes (propres!); les candidats ont 1mn pour en enfiler le plus possible.

. Les impros (mots imposés, mais le public ne DOIT PAS être capable de les repérer, d’où quelques dialogues surréalistes!)

. Paires de chaussures : on récolte les chaussures de l’assistance, et on les éparpille sur scène. 4 candidats aux yeux bandés doivent reconstituer les paires à tâtons, avec le droit de se piquer les paires encore incomplètes

. Petits nains : on prend 2 personnes. Une s’assied, on la couvre d’un poncho et on ne voit que le visage. L’autre se met juste derrière elle, en dessous du poncho aussi mais elle ne peut sortir que les mains. La personne de derrière va devoir donner à manger, brosser les dents ou laver le visage de celui qui est assis!

. Le bonhomme-menton. On dessine un bonhomme à l’envers sur le menton de quelqu’un (le bout du menton fait donc le haut de la tête, et la bouche se trouve à peu près dans le creux de la lèvre); la personne s’allonge sur un appui, de manière à ce qu’on voie le bonhomme à l’endroit: avec quelques mimiques appropriées, la bouille du bonhomme-menton se déforme et si quelqu’un fait le dialogue.

. Petit chat malade: une personne fait le chat et une autre essaye de la faire rire en la caressant ou chatouillant tout en lui disant sans rire : “pauvre petit chat malade”.

. Jeu dit “de St Pierre” : un scout est couché par terre, recouvert d’une couverture, un coussin sur les pieds et les bras dans des bottes. On fait venir celui qui est sorti. Il doit se mettre face à St Pierre (face au coussin) tournant le dos aux bottes. Il doit lui poser des questions (n’importe quoi) et à un moment celui qui est couché se relève et crie, pour le faire sursauter.

. Dessin dans l’air, avec un bâton, d’une tête “les yeux, là, et le nez, et une bouche qui sourit”. Puis on demande au volontaire de faire la même chose. Et, si précis soit-il, la plupart du temps toute l’assistance affirme que le dessin n’était pas “bien”. Tout simplement parce qu’en prenant le bâton pour dessiner la personne n’avait pas dit “merci”…

. Tas de godasses par terre. Parmi ces chaussures il y a une “bombe”. Le scout doit les prendre une à une et reconstituer les paires. Auparavant on s’est décidé pour une certaine chaussure et quand il prend celle-là tout le monde crie!

. Le  sous-marin (imperméable sur un commandant qui répond, dans la manche périscope, son mépris de couler sous l’eau)

. Jeu “radio-impro” (trouver de nouveaux chants devant le micro)

. Le baptême de l’air (saut les yeux bandés d’une planche portée par deux personnes)


LES JEUX CLASSIQUES

* Parcours Hébert, pont de singe et autres Tyroliennes.

* Lancer de javelot

* Le lancer de tronc, (et puis lancer d’allumettes…)

* La flèche polynésienne

* La course enchaînée (toute l’équipe est reliée aux pieds)

* Le tir à la corde

* Course de chars avec arrêts aux stands de rigueur pour changer les roues et surtout les tireurs

* Course sur échasses en bonames, (ou sur des 5/1 avec de la ficelle).

* Saute-mouton (de plus en plus haut ?)

* Lancer de grappin : une corde est tendue entre 2 arbres à 5m de haut. Le grappin étant constitué d’une branche en forme de fourche attaché à une autre ficelle.

* Relais en tout genre (avec éventuellement des épreuves en cours de route)
par exemple un téléphone arabe en prime,
faire 10 fois le tour d’une boite de conserver en la touchant du doigt,
avec un quart plein d’eau dans les dents (variante: le relayeur a les yeux bandés et se fait guider sur un parcours compliqué)
relais kangourou, brouette, équilibre, patate dans une cuiller, en canard, la chenille.
relais augmenté (le 1er court à un point, reviens.. porte le 2e, les deux reviennent en courant. les deux portent le 3e etc…)

* Chanson scandée : Une personne tape dans ses mains selon le rythme d’une chanson connue et les autres doivent deviner de quelle chanson il s’agit

* Ha ha ha : Placer les joueurs en cercle, au signal un des joueurs fait Ha!, le deuxième fait Ha! Ha!, le troisième fait Ha! Ha! Ha! et ainsi de suite en augmentant d’un Ha! à chaque joueur. Le joueur qui rit en faisant ses Ha! est éliminé. Le joueur qui garde son sérieux le plus longtemps gagne.

* L’aveugle : Une personne est au centre du cercle avec les yeux bandés. Il tourne sur lui-même, tend son bras et dit une courte phrase. Le joueur désigné par le bras répète la phrase et le joueur au centre doit deviner qui c’est.

* Le tour du balai :  Une personne est au centre du cercle, se racle la gorge, puis marche autour du balai en disant : je fais le tour du balai. Les autres joueurs sont invités à venir refaire ce qu’elle a fait à tour de rôle et la personne lui dit s’il a réussi ou non à l’imiter. Si le joueur imitateur se racle la gorge avant, il a bien observé. S’il se contente de marcher autour du balai en disant je fais le tour du balai, il ne l’a pas eu. On peut varier le geste en croisant les bras à la fin plutôt que de se racler la gorge au début. On peut aussi induire sur une fausse piste en sautillant une fois ou deux pendant qu’on marche autour du balai. Les joueurs pensent que c’est ce sautillement qu’il faut reproduire

LES JEUX DELIRANTS:

* Concours d’escrime avec des spaghettis (pas cuit), le but : casser le spaghetti sur la poitrine de l’adversaire !

* Aller chercher un objet dans une bassine d’eau, PUIS dans une bassine de farine

* Retrouver un petit objet dans une bassine pleine de choses répugnantes qu’on ne voit pas (à l’intérieur d’une souche creuse, ça rend bien!)

* Le tir à la corde (ou combat de coq) sur une bâche (tapis de sol) avec de l’eau savonneuse

* Relais (ou catch) sur bâche savonnée (avec une bonne pente + des gens qui tirent la bâche dans tous les sens)

* La transmission d’une bassine pleine d’eau par-dessus les têtes de l’équipe, alors que tout le monde est assis en file indienne.

* Les fils d’araignée, réseau de ficelles emmêlé autour d’un bosquet, à franchir sans renverser un verre d’eau.

* Combat à coups de polochons (serviettes) sur un tronc (façon Robin des Bois)

* Le fil d’Ariane: l’équipe doit passer un unique fil sous les polo de tout le monde, passant par les deux bras et le ressortir.

* Le lancer de chaussures : lacets détachés, on se met en ligne et chaque concurrent d’une équipe essaie de retirer et lancer sa chaussure le plus loin possible (c’est le premier rebond qui compte).

* Ronde où chaque équipier (sans gêne) doit passer l’œuf à son voisin, et tous les tours on recule d’un pas

* Sioule aveugle : tous les participants les yeux bandés sauf 2 joueurs par équipe qui pouvaient seulement guider leurs coéquipiers par la voix.

* Epreuve d’allumage de feu: chaque équipe avait une ficelle tendue 60cm au-dessus de son foyer, et la première ficelle qui casse gagne.

* Un économe et une pomme chacune et c’est l’équipe qui a la plus grande épluchure qui gagne.

* Deux personnes souffle dans un tuyaux avec de l’eau dedans (celui qui perd étant celui qui est arrosé)

* Bras de fer entre 2 gros orteils…

* Jeu du béret (ou football), mais avec 4 équipes simultanément.

* Journal recomposé : prendre un quotidien bien épais, séparer toutes les feuilles, et la première équipe qui a remis tout son journal dans le bon ordre a gagné.

Pour beaucoup d’éléments, merci à : http://pages.usherbrooke.ca/resscout/

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

la pagina di San Paolo Apos... |
De Heilige Koran ... makkel... |
L'IsLaM pOuR tOuS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | islam01
| edmond-catho-hebdo
| edmond-catho-hebdo